Vous êtes ici

Ce qui pousse les ménages à choisir une technologie renouvelable

Nous avons participé à la conférence européenne « Passer des consommateurs aux énergies renouvelables: les enseignements du terrain pour le Green Deal ». Voici les éléments essentiels à retenir.

Renouvelle a participé à la conférence « Switching consumers on to renewables : lessons from the ground for the Green Deal » le 20 février dernier à Bruxelles.

La conférence présentait les résultats du projet européen CLEAR 2.0 porté par plusieurs associations de défense de consommateurs (dont Test-Achat), dans 6 pays européens. Ce projet visait à identifier les facteurs qui poussaient les consommateurs à se tourner vers les technologies renouvelables et à bien les utiliser, notamment en termes d’autoconsommation photovoltaïque.

Voici 3 éléments essentiels à retenir.

 

  1. Les facteurs de réussite

 

Les résultats de ce projet européen montre (de manière pas si surprenante) que si les consommateurs ont accès à un niveau d’informations suffisant (aussi bien sur leur consommation que sur les technologies elles-mêmes), des conseils neutres, fournis via un guichet unique et des financements abordables, ont l’assurance d’un retour sur investissement, ne doivent pas faire face à des démarches administratives trop complexes, et que le cadre légal en la matière est stable, alors ils sont en général très enclins à adopter des technologies renouvelables et à bien les utiliser.

 

  1. Des résultats impressionnants

 

En termes de résultats concrets, l’accompagnement offert dans le cadre du projet s’est montré assez efficace.

Les 2 millions investis dans le projet européen ont générés 129 millions d’investissement par les consommateurs.

Au total, 29.000 installations ont été réalisées (71% de photovoltaïque + 18% de pompes à chaleur), entrainant une production renouvelable annuelle de 246 GWh.

Un bémol toutefois au projet : l’accompagnement réalisé dans le cadre de ce projet européen était essentiellement centré sur des changements de technologiques, moins sur les changement d’habitude visant une meilleure synchronisation de la consommation avec la production ainsi qu’une plus grande sobriété énergétique.

 

  1. Les Communautés d’énergie, ce formidable outil

 

Tous les orateurs s’accordaient sur ce point : les Communautés d’énergie sont un formidable outil pour amener leurs membres vers les technologies renouvelables et leur apprendre à les utiliser. C’est aussi un très bon moyen en vue d’inciter à l’efficacité énergétique.

Pourtant, les Communautés d’énergie sont actuellement surtout présentées en Europe comme un moyen de faire de l’autoconsommation en réseau privé. Or, d’après ce que prévoient les directives, il est possible d’innover à travers un panel de pratiques bien plus large que la simple autoconsommation collective. Un accompagnement, tel que proposé dans le cadre du projet Clear 2.0, mais réalisé par une Communauté d’énergie, constitue un bon exemple.

 

Lire également nos articles

Pacte vert européen : la feuille de route se précise

Premiers projets pilotes d’autoconsommation collective à Bruxelles

Partager son électricité verte avec des voisins ? Des projets se préparent en Wallonie Picarde

Catégorie: 
Actualité Internationale
Filière: 
6
8