Vous êtes ici

Statistiques dj 15/15 : 2018, encore une année clémente

Le degré-jour (dj) indique les besoins de chauffage d’un bâtiment. En 2018, selon l’IRM, le dj 15/15 était de 1.739, soit une valeur plus clémente que la normale de ces 20 dernières années. Comparez vos saisons de chauffe !

Depuis 2014, la Belgique connait des saisons de chauffe plus clémentes. 2018 n’échappe à la règle et elle permet de réduire la consommation de chauffage des bâtiments. Seule l’année 2016 fait exception depuis 5 ans.

Ce constat se base sur le degré-jour (dj), l’indicateur des besoins de chauffage d’un bâtiment. Le dj permet de normaliser la consommation d’énergie d’un même bâtiment en fonction des conditions climatiques de l’année. Il s’applique à toutes les consommations de chauffage (gaz naturel, mazout, propane, électricité, ...) qui sont directement liées à la température extérieure. Cela concerne donc le chauffage du bâtiment mais pas de l’eau sanitaire.

Une valeur de consommation normalisée permet de comparer les besoins de chaleur de différents bâtiments ou d’un même bâtiment à diverses périodes, en s’affranchissant des variations dues au lieu et au moment, et par conséquent des variations météorologiques.

Valeurs pour l’année 2018

Pour l’année 2018, l’IRM a mesuré à Uccle, une valeur annuelle de degré-jour 15/15 annuel de 1.739, soit une valeur proche de celle connue en 2017 (1.780) , mais qui est bien plus clémente que la normale de ces 20 dernières années (N 2017 = 1.902).

Figure : Evolution des données annuelles du DJ15/15 de ces 20 dernières années à Uccle : Valeurs mesurées et normales (N). Source IRM - Graphe APERe.

 

Les besoins de chauffage de l’année 2018 sont de 9% moindre que ceux d’une année dite normale. Et par rapport à l’année précédente, 2017, les besoins de chauffage sont moindres de 2%.

Avec l’effet du réchauffement climatique, la référence normale sur les 20 dernières années évolue à la baisse. La valeur normale annuelle de dj 15/15 est passée d’une valeur de 2.088 en 2010 à une valeur de 1.902 en 2018. Cette diminution confirme l’effet du réchauffement moyen de l’atmosphère en Belgique pendant la saison de chauffe d’une année. Les conséquences en termes de surchauffe d’été ne sont pas mesurées par cet indicateur.

Comparaison du dj15/15 mensuel de 2018 avec la valeur normale

Fig. Comparaison du dj 15/15 mensuel de 2018 avec la valeur normale. Graphe APERe sur base des données IRM. Tous les mois de l’année ont été plus cléments sauf les deux mois d’hiver, février et mars 2018. Le printemps et l’automne ont permis de faire des économies de chauffage par rapport à la moyenne.

Comparez deux saisons de chauffe

Le dj permet de normaliser la consommation d’énergie d’un même bâtiment en fonction des conditions climatiques de l’année et donc de comparer deux saisons de chauffe. Comment se calcule cette normalisation ?

Dès que la température moyenne extérieure est inférieure à 15° C, le paramètre « degré jour en base 15/15 » (dj 15/15) intègre, jour après jour, les écarts journaliers de la température moyenne extérieure par rapport à 15° C. Quand la température moyenne extérieure d’un jour est supérieure à 15°C, sa valeur journalière est égale à zéro.

La normalisation applique la formule suivante :

Pour vous permettre de normaliser vos consommations d’énergie de chauffage, nous reprenons ci-après les valeurs mensuelles de ces six dernières années.

Tableau des valeurs mensuelles du dj 15/15 à Uccle : 2013-2018 et valeurs normales. Données IRM.

Pour vous permettre de comparer deux saisons de chauffe, calculez la valeur annuelle sur la période de vos relevés de consommation. Ainsi par exemple, si votre relevé d’index couvre la période de septembre à août, la valeur annuelle serait de 1.773 en 2018 (septembre 2017 à août 2018) et de 1.850 en 2017 (septembre 2016 à août 2017).

2015, 2016, 2017 et 2018 : les années les plus chaudes jamais enregistrées

La tendance au réchauffement sur le long terme s’est poursuivie en 2018. L’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) confirme que que les 22 dernières années comptent les 20 années les plus chaudes jamais enregistrées, et les quatre dernières années caracolent en tête de liste (voir graphique ci-dessous et explications sur le site de l’OMM).

Fig. Evolution de la différence de température annuelle moyenne à la surface du globe par rapport à la moyenne de l’époque pré-industrielle (1850-1900). Source OMM, 06/02/2019.

 

Catégorie: 
Statistiques
Filière: 
9