Vous êtes ici

Météo renouvelable : Dé-sombre

Il y en a des choses à dire sur le dernier mois de l’année écoulée ! 

On pourrait parler des précipitations, par exemple, qui ont été très anormalement élevées (130,1 mm contre 81,0 mm normalement) et presque quotidiennes (26 jours de pluie contre 19,3 jours normalement). Mais plus marquant encore : il a fait sombre. Très sombre. Exceptionnellement sombre, même, selon l’IRM. C’est bien simple : à Uccle, le soleil n'a brillé que pendant 10 heures et 29 minutes contre 45 heures et 8 minutes pour un mois de décembre normal. Un record pour décembre sur la période de référence actuelle débutant en 1981.

Et quelle conséquences ce manque de lumière a-t-il eu sur les systèmes solaires ? Et bien des productions en berne, forcément.

Au niveau des panneaux solaires thermiques, il ne faut pas chercher midi à quatorze heure, c’est le zéro pointé. Ils n’ont strictement rien produit en décembre. Pas la moindre calorie, nulle part en Belgique. D’accord, la production solaire thermique est toujours anecdotique à cette période de l’année, mais de là à être inexistante…

Au niveau de la production solaire photovoltaïque, c’est un peu moins pire, mais loin d’être réjouissant quand même. L’ensoleillement anormalement faible du mois de décembre n’aura permis aux propriétaires de panneaux solaires photovoltaïques (installation de 3kWc pour une consommation de 3500 kWh/an) de couvrir que quelque 10% de leurs besoins en électricité. Il s’agit là de la deuxième pire performance photovoltaïque pour un mois de décembre de ces neuf dernières années. Seul décembre 2011 avait produit encore moins, non pas à cause d’un ensoleillement encore plus faible, au contraire, mais parce que l’enneigement des panneaux avait alors fait chuter la production photovoltaïque (alors qu’il n’y a casi pas eu d’enneigement en décembre 2017, sauf un peu sur les hauteurs du pays).

Enfin, côté vent, c’est l’équivalent de la consommation électrique de la moitié des ménages belges qui a pu être couverte grâce aux éoliennes durant le mois de décembre. Pourtant, le taux de charge moyen n’était que de quelque 36%, soit le deuxième plus mauvais taux de charge de ces 6 dernières années pour un mois de décembre. Ce mauvais mois éolien vient ponctuer une mauvaise année éolienne. En termes de taux de charge, avec une moyenne annuelle de 25%, 2017 enregistre la plus mauvaise performance de ces 6 dernières années (moyenne 27,9%).

À 2018 désormais de faire mieux…

Catégorie: 
Statistiques
Filière: 
3
7
8

Pour aller plus loin