Vous êtes ici

Avril rompt avec le dicton

Il semblerait que cette année, avril nous ait autorisés à nous découvrir d’un fil ou l’autre. Sans être estivales, les températures étaient quand même « très anormalement » au-dessus des normes, selon l’IRM. Pour le reste, un mois plutôt médiocre. 

Au niveau du solaire photovoltaïque, malgré un ensoleillement 12h30 plus long que la durée « normale » de référence (171,5h contre 159h pour la norme), avril 2018 est le troisième plus mauvais mois photovoltaïque de ces 10 dernières années. Ce qui n’empêche qu’avec « seulement » un peu plus de 100 kWh/kWc, les installations solaires PV ont largement permis de couvrir l’entièreté des besoins en électricité de leurs propriétaires (installation de 3kWc pour une consommation de 3500 kWh/an).  

Côté solaire thermique, les propriétaires de chauffe-eau solaires (4,6 m², 300 l) ont pu chauffer entre 8 et 9 douches sur dix grâce au soleil durant le mois écoulé, soit dans la lignée de ce qu’on est en droit d’attendre d’un mois d’avril. Pour peu que leurs propriétaires aient veillé à prendre des petites douches rapides, ils n’ont plus dû avoir recours à la chaudière pour chauffer leur eau. 

Enfin, côté vent, avril 2018 aura lui aussi été médiocre et se sera lui aussi classé troisième plus mauvais mois d’avril éolien de ces 7 dernières années. Dans l’ensemble, avec un taux de charge moyen de quelque 21% (onshore et offshore combinés), l’éolien belge aura fourni pendant le mois l’équivalent de la consommation électrique de quelque 32% des ménages belges. 

Catégorie: 
Statistiques
Filière: 
3
7
8

Pour aller plus loin