Vous êtes ici

Plus de 200 communes wallonnes en transition énergétique

Les communes wallonnes montrent un véritable engouement pour le programme de Politique Locale Energie-Climat (POLLEC). Les 200 communes engagées jouent désormais un rôle de facilitateur de la transition énergétique.

La dynamique locale de transition énergétique gagne du terrain en Wallonie. De 2012 à 2016, plus de 120 communes se sont inscrites aux programmes POLLEC 1 et 2 en vue d’élaborer et concrétiser une politique locale Énergie-Climat dans le cadre de la Convention des Maires. Lancé en juin dernier, POLLEC 3 compte 80 nouvelles communes participantes. Au total, plus de 200 communes sont donc désormais engagées dans cette dynamique, soit près de 80% des communes wallonnes, comme le montre la carte ci-dessous :

Il s’agit donc d’un beau succès pour ce programme initié par la Wallonie dès 2012 et coordonné par l’APERe.

Concrètement, il s’agit d’aider les communes (ou des coordinateurs supra-locaux) à co-construire, avec les acteurs locaux, des Plans d’Action en faveur de l’Énergie Durable et du Climat (PAEDC). Grâce à ces Plans, les communes s’engagent à œuvrer pour une réduction de 20% des émissions de CO2 sur leur territoire à l’horizon 2020 et de 40% à l’horizon 2030 ; et à anticiper les changements climatiques par une adaptation locale.

45 communes ont déjà élaboré et mettent en œuvre leur PAEDC ; 55 autres se sont engagées à l’élaborer en 2017 ; tandis que les 80 nouvelles communes participantes vont démarrer leurs réflexions et bénéficier de l’expérience acquise au sein du réseau (lire notre article Territoires : TEPos et Pollec mobilisent les communes et les citoyens).

Un rôle de facilitateur

Le 21 juin 2017, un colloque réunissait les participants au programme POLLEC 3. Ce fut l’occasion d’insister sur le rôle attendu de la part des communes, à savoir celui de facilitateur de la transition énergétique. Ce rôle consiste à se positionner, d’une part, comme leader exemplaire en établissant un plan d’investissement pour l’amélioration drastique de l’efficacité énergétique de leur patrimoine, et d’autre part, comme mobilisateur et catalyseur des initiatives locales. 

Selon l’APERe, la transition énergétique ne prendra réellement forme que si elle est portée par les acteurs locaux (citoyens, entreprises, secteur associatif, agriculteurs, etc.) de manière inclusive et concertée. 

Pour favoriser une concrétisation collective d’objectifs ambitieux, les communes peuvent se reposer sur de nombreuses initiatives citoyennes (initiatives de transition, coopératives citoyennes de production d’énergie, etc.) et sur des exemples de processus démocratiques participatifs (Parlement Citoyen Climat, G100, PCDR, budget participatif, plateformes Web de consultation, etc.). Elles peuvent aussi compter sur l’expertise sans cesse croissante des entreprises wallonnes en la matière, ainsi que sur la multiplication des sources de financement potentielles, qu’elles soient bancaires ou citoyennes.

Toutes les conditions semblent donc se mettre en place pour que la transition énergétique locale soit possible. Un message s’impose sur le terrain : « Citoyens, entreprises, agriculteurs, associations… votre commune s’engage ! Participez à la co-construction de la société décarbonée de demain ! ».

 

Catégorie: 
Actualité Belgique
Filière: 
0
1

Pour aller plus loin