Vous êtes ici

En Wallonie, des plateformes locales aident les ménages à rénover leur logement

Les logements wallons sont très énergivores et les propriétaires hésitent souvent à les rénover. Des plateformes locales se développent aujourd’hui pour aider les ménages et les professionnels du bâtiment à réussir ces chantiers énergétiques.

Des logements très mal isolés

La Wallonie dispose d’un parc de logements anciens et vétustes, qui représente le principal poste de consommation régionale d’énergie et d’émissions de CO2.

Le graphique ci-dessous résume l’ampleur du défi pour passer d’un parc en moyenne très énergivore (label PEB de classe « F ») vers un parc très performant (objectif wallon de tendre vers le label « A » d’ici 2050).

Le parc wallon comporte environ 1.500.000 logements dont :

  • 11 % ne possèdent aucune isolation ;

  • 40 % des toitures restent à isoler ;

  • 19 % sont équipés de simples vitrages ;

  • 79% ne possèdent pas une isolation de la dalle de sol ;

  • 71% ne possèdent pas une isolation complète de leurs murs extérieurs.

Des freins à la rénovation

S’il est relativement facile d’établir et imposer un cadre de Performance Energétique des Bâtiments (PEB) très exigeant pour les constructions neuves, il en va tout autrement pour rénover ces logements existants.

La Wallonie s’est fixé 3 outils pour y arriver :

  • Le passeport bâtiment,

  • La feuille de route rénovation,

  • Le guichet unique.

Lire à ce sujet notre article Rénovation énergétique 2050 : voici le passeport bâtiment.

Mais dans l’immédiat, force est de constater que de nombreux freins empêchent la mise en œuvre de chantiers de rénovation énergétique (à peine 1% par an).

Malgré les incitants et primes, les ménages rencontrent certaines difficultés à percevoir les intérêts (notamment financiers) d’un tel projet, à réunir le budget (parfois très conséquent) pour réaliser les travaux et à assumer les aspects techniques, administratifs et logistiques que représentent un tel chantier dans leur logement.

Du côté des professionnels du bâtiment, on constate que les différents corps de métiers sont peu enclins à réaliser de petites interventions sur un grand nombre de bâtiments différents.

Des plateformes locales pour accompagner les ménages et regrouper les entreprises

S’inspirant d’un modèle français, des initiatives émergent aujourd’hui en Wallonie pour mieux répondre à ces défis : les plateformes locales de rénovation énergétique.

Ces plateformes, initiées et soutenues par les communes, permettent en effet d’accompagner les candidats-rénovateurs lors de l’ensemble des étapes de leur projet et de mobiliser les acteurs locaux (services publics, entreprises) autour du chantier basse-énergie.

La première expérience a été initiée en 2017 par la Ville de Gembloux, avec l’opération Rénov’Energie qui a rencontré un succès immédiat (lire notre article Solutions pour rénover le logement à grande échelle et cet article de l’UVCW).

Depuis lors, 3 autres plateformes locales se sont créées : au Pays de l’Ourthe, à Namur et au Pays des Condruses.

Les retours d’expérience montrent que ces plateformes réussissent à lever les freins grâce à ces deux champs d’actions :

-D’une part, l’accompagnement complet des candidats-rénovateurs : définir les priorités d’interventions et choix des travaux, établir avec eux un plan d’investissement, évaluer les économies d‘énergie attendues, analyser les devis des entreprises, sélectionner les offres les plus intéressantes, élaborer un plan de financement tenant compte de la réglementation, des prêts Ecopack/Rénopack, des primes, des économies d’énergie envisageables et des prêts accessibles via le secteur bancaire et, enfin, suivre la mise en œuvre du chantier et participer à sa réception finale.

-D’autre part, la mise en place d’une grappe d’entreprises locales destinée à proposer une offre globale de rénovation au minimum basse énergie. Cette grappe peut dès lors proposer des solutions « clé en main » pour toutes les techniques nécessaires : l’isolation thermique, le remplacement des fenêtres et portes, le remplacement des systèmes de chauffage par des chaudières à condensation, l’installation de chaudières ou poêles biomasse, de pompes à chaleur, de systèmes photovoltaïques, de ventilations, de chauffe-eau solaires thermiques, d’équipements électriques basse consommation, etc.

Le coordinateur, désigné par marché public, peut ainsi à la fois motiver et faciliter l’implication du ménage et rendre le chantier économiquement attractif pour les différentes entreprises locales (création d’un marché, relation avec les clients, …).

Il peut également fournir à la commune un bilan détaillé de l’opération afin de lui permettre d’évaluer son impact, en termes d’investissements financiers, d’économies d’énergie et de réductions des émissions de CO2 escomptées. Les communes engagées dans le programme POLLEC peuvent ainsi mieux mesurer et maîtriser cette action Energie-Climat.

Vers une généralisation en Wallonie ?

Ces différentes plateformes rencontrent de réels succès sur le terrain (y compris auprès de ménages à budgets modestes), si bien que la Wallonie a lancé fin 2018 un appel à projets en vue de multiplier ces expériences locales.

Six nouvelles plateformes ont d’ores et déjà été désignées pour les territoires suivants : Ottignies-Louvain-la-neuve, Assesses-Ohey-Gesves, la Wallonie picarde, Ans-Seraing, le Pays de Gaume et Namur.

Et une réflexion est déjà en cours pour harmoniser ces plateformes avec le nouveau régime de primes en Wallonie (avril 2019), qui prévoie un rôle central pour l’auditeur énergétique.

Cette dynamique pourrait ainsi, peu à peu, soutenir une rénovation énergétique massive des logements en Wallonie.

Catégorie: 
Actualité Belgique
Filière: 
9